Allemagne / 26-11-2017

La WDR met fin à sa collaboration avec Roger Waters en raison de ses opinions "antisémites"

Source: nrg


La chaîne de télévision publique allemande WDR (Westdeutscher Rundfunk) a annulé samedi sa collaboration avec l'ancien membre du groupe Pink Floyd, Roger Waters, en raison d'une vague de protestations contre les opinions "antisémites" du chanteur.

 

La WDR ne s'associera pas à ce dernier dans le cadre d'un concert prévu le 11 juin 2018 à Cologne.

 

Malca Goldstein-Wolf, une résidente de la ville, a lancé une pétition à la mi-novembre encourageant à ne soutenir "l'antisémite Roger Waters avec des fonds publics de la WDR" et a remporté près de 1.400 signatures.

 

"Roger Waters peut être un artiste talentueux mais une grande partie de son engagement consiste à lutter avec l'association antisémite BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) contre Israël.", a déclaré Goldstein-Wolf dans une lettre adressée à Tom Buhrow, président de la chaîne de télévision basée à Cologne.

 

"Pendant ses concerts, il a lâché des ballons en forme de cochons sur lesquels étaient imprimés l'étoile de David et a appellé ses fans à boycotter les produits israéliens", a-t-elle ajouté.

 

Après avoir indiqué que seule une "action claire" viendrait répondre aux arguments de la pétition, Tom Buhrow a déclaré que la collaboration entre la chaîne et le chanteur dans le cadre de ce concert "avait pris fin".

 

En août dernier, l'activisme du leader des Pink Floyd Roger Waters, devenu le leader mondial du mouvement Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS), a été choisi comme sujet du nouveau film de Ian Halperin, qui a souhaité montrer l'autre visage du musicien.

 

Le film avait pour objectif de montrer que l'activisme du musicien va au-delà de critiques envers Israël, et relève d'une véritable "obsession" envers l'Etat hébreu.

 

Roger Waters a qualifié à de multiples reprises l'Etat d'Israël d'apartheid et l'a comparé à l'Allemagne nazie, ce qui pour le réalisateur, n'est pas juste une question de liberté d'expression.

 

"Ce qu'il dit va bien au-delà de la liberté d'expression, c'est une haine enracinée envers le peuple juif et Israël", a affirmé Halperin.