Allemagne / 07-11-2017

Seulement quatre attaques sur 76 sur des cimetières juifs ont été résolues

Source: tagesspiegel


Petra Pau du parti de gauche témoigne du fait que la police manque de sensibilité et de  priorisation. Les attaques contre les cimetières juifs sont résolues avec désinvolture comme s'il ne s'agissait que de simples  actes de vandalisme.

 

Le bilan est désolant.  De 2014 à la fin du premier semestre de 2017, et selon les  informations du quotidien Tagesspiegel, la police a établi que 76 attaques motivées par l'antisémitisme  contre des cimetières juifs se sont déroulées  dans toute l'Allemagne. Ce chiffre pourrait encore augmenter, car les données concernant les six premiers mois de cette année sont basées sur des informations provisoires.  Seulement dans quatre cas en trois ans et demi, les autorités ont réussi à déterminer avec certitude qui était les auteurs. Cela ressort de la réponse du ministère de l'intérieur fédéral à une demande écrite de la vice-présidente du Bundestag, Petra Pau. Pau s'est adressée en août au gouvernement fédéral, et en l'espace d'une semaine, le ministère a émis une déclaration à ce sujet. Cependant, la question et la réponse n'ont été connues que récemment. Tagesspiegel  détient les chiffres.  Le ministère n'a pas spécifié de cas concrets.

 

«Le nombre médiocre de cas qui ont été résolus dit quelque chose sur le manque de  sensibilité et de priorisation», explique Pau. «Là, nous devons être beaucoup plus sensibles».  Selon l'affirmation, de nombreuses attaques sont résolues avec désinvolture comme des actes de vandalisme apolitiques. «Il y a aussi la crainte qu'il y ait un nombre élevé d'actes de profanation qui ne sont pas révélés», a déclaré la vice-présidente du Bundestag. La profanation des cimetières est «l'expression d'une profonde haine des juifs, qui méprise les gens», a déclaré le président du Conseil central des Juifs, Josef Schuster. Il ne faut jamais s'habituer à de telles choses. Son hypothèse de base est que «la police est consciencieusement et intensivement à la recherche de  délinquants dans tous les états de la province», a souligné Mr. Schuster. Et il espère que «la police, est équipée et préparée à cet effet, en termes de main-d'œuvre».

 

Selon le ministère de l'Intérieur, la majorité des attaques contre des cimetières juifs pour des raisons politiques ont été recensées par  l'état de la province de Rhénanie du Nord-Westphalie. Là, au cours des années 2014 et 2015, ils ont réussi à résoudre  deux actes de profanation. Les deux autres cas, dans lesquels l'identité des délinquants a été établie avec  certitude, se sont déroulés en 2014 à (l'état de la province) Brandebourg. Il s'agit de la moitié des attaques commises par des antisémites contre les lieux de sépulture de juifs.

 

L'état de Basse-Saxe a également été sévèrement touché par ce phénomène - il y a eu douze cas de profanation. Les états suivant sont les états de la province de  Saxe-Anhalt avec neuf attaques, Thuringe avec huit attaques, Bade-Wurtemberg et Hesse – avec six actes de vandalisme chacun, et la Bavière - avec cinq cas. La police à Berlin, Rhénanie-Palatinat et  Mecklembourg-Poméranie-Occidentale  a recensé, dans chacune de ces états de la  province, deux cas depuis 2014. Un seul cas dans chacun des états de province suivants a été enregistré: Brême, Hambourg, Schleswig-Holstein et la Sarre. En tant qu'état unique, la Saxe a annoncé que, selon elle, il n'y a eu aucune attaque contre un cimetière juif depuis trois ans et demi. Cependant, Mme Pau considère avec scepticisme le fait qu'il y ait eu zéro cas en Saxe. «C'est plutôt bien, mais je n'y crois pas»,  a-t-elle déclaré, soulignant l'écart entre les chiffres des états voisins de Saxe-Anhalt et de Thuringe.