LOADING

Type to search

Belgique Délégitimation Incidents antisémites דה-לגיטימציה

Ducal, ‘poète national belge’ compare les Juifs aux Nazis

Share
Source: juif.org

“It [Auschwitz] was the horror of all ages, of course,

 

but as such became exclusive, ownership 

of pain transformed into ownership of land.”

 

“[Auschwitz] fut
l’horreur de tous les temps, bien sûr,

mais en tant que telle devint souffrance exclusive

transformée en propriété du sol.”

 

La Belgique vient de se doter d’un “poète national”. L’heureux
élu, le poète flamand Charles Ducal (de son vrai nom Frans Dumortier), sera
“sera intronisé le 29 janvier”. Sa “mission” est de
“faire voyager la poésie au-delà des frontières linguistiques”.
Jean-Claude Vantroyen du Soir lui consacre un article élogieux et évoque le
parcours de poète-militant très à gauche de la gauche (marxiste-léniniste et
maoïste) et de militant contre l’extrême-droite et le racisme.

 

On aurait pu croire que le poète-militant aurait consacré un livre au
génocide du Rwanda ou aux massacres dont des millions de Congolais sont
victimes. Ces deux pays étant, après tout, d’anciennes colonies belges. Mais
non. Ce qui le dégoûte ce sont les juifs, les juifs israéliens et la Bible.
“Il a aussi publié en 2009 avec Lucas Catherine, le livre Gaza.
Geschiedenis van de Palestijne Tragedie [Gaza. Le récit de la tragédie
palestinienne], dans lequel figure son cycle poétique Na Auschwitz [Après
Auschwitz]”, écrit Le Soir. Ce “cycle” de poèmes est consultable
ICI.

 

Sans utiliser une fois le terme “juif” ou
“israélien”, il parle collectivement au nom des juifs
“Nous”. Et ce qu’il écrit est épouvantable. Les juifs enterreront les
Palestiniens jusqu’au cou dans le sable, mais suprême raffinement leur
laisseront la tête à l’air libre pour dialoguer de compréhension mutuelle et de
paix. Ils voleront leurs terres et leurs biens (comme l’ont fait les Nazis –
jamais mentionnés non plus).

 

Mais le pire est à venir. Les juifs dresseront la liste de tous
“nos” morts pendant 2.000 ans (et pas seulement les 6 millions
exterminés pendant la Shoah, dont un million et demi d’enfants) pour justifier
les coups et essuyer les crachats de “nos” mains pour pouvoir
déclarer que c’est clair comme la lumière du jour que les Palestiniens ne
veulent pas la paix.

 

Les Juifs sont souvent accusés en Europe de se servir de la Bible comme
cadastre pour voler la terre des Palestiniens. Et M. Ducal/Dumortier adhère à
cette idée. Ne met-il pas en exergue ce verset de l’Exode “Après
Auschwitz: je livrerai entre vos mains les habitants du pays, et tu les
chasseras devant toi”?  Mais dans
son poème, ce n’est pas seulement la Bible mais également Auschwitz et tous les
morts depuis 2.000 ans qui forment le cadastre d’Israël: “Ce fut l’horreur
de tous les temps, bien sûr, mais en tant que telle devint souffrance exclusive
transformée en propriété du sol”. Ca c’est Auschwitz 2. Car dans Auschwitz
1 ce sont les Juifs qui ont subi aux mains des Nazis (jamais mentionnés non
plus) ce qu’ils infligent aux Palestiniens. Le parallèle est donc dressé et, en
choisissant ce poète, le message adressé aux Juifs belges est clair comme la
lumière du jour…  Ce sont des propos
visiblement très appréciés des élites belges. 
Extraits:

 

“[…] first, we will
count our dead

from the past two thousand years

and justify the beating […]”

 

“AFTER AUSCHWITZ 2

 

Even Auschwitz was nothing special, of course.

Many survivors came to this place,

a little despised but usable, and

received a monument to retrieve

 

from history the transportation to the camps

and to form the grindstone of a nation.

It was the horror of all ages, of course,

but as such became exclusive, ownership

 

of pain transformed into ownership of land.

Who lived in this street, in this house’

Who drew water from this well’

Who sold his goods at this market’

 

Who, about Auschwitz, could have any doubt’ “

 

Note: ce poème en version originale (néerlandais) et en anglais est
publié sur le site Poetry International Rotterdam.  Il convient de préciser qu’on y trouve
d’autres poèmes où Auschwitz et la Shoah sont évoqués, mais aucun en ces
termes.