LOADING

Type to search

examiner France

Les stéréotypes négatifs sur les Juifs ont été largement rejetés en France

Share
Source: pewresearch

Par Jeff Diamant

En France, où vit la plus grande population juive, le nombre d’incidents antisémites a considérablement augmenté en 2018. Le ministère de l’Intérieur a signalé 541 cas l’année dernière – moins que certaines années précédentes – mais 74% de plus qu’en 2017. Depuis janvier 2019 plusieurs incidents antisémites graves ont déjà eu lieu, notamment des croix gammées peintes sur des tombes dans un cimetière juif.

Même si ces cas sont terribles, ils ne correspondent pas et sont contraires à l’opinion publique française. Une étude réalisée par le Centre de recherche Pew en 2017 a révélé que la plupart des adultes en France rejetaient les stéréotypes négatifs des Juifs et exprimaient une attitude positive à l’égard des Juifs.

Dans une enquête menée en France et dans 14 autres pays occidentaux, le centre a demandé si les gens étaient d’accord ou non avec deux affirmations négatives: “Les Juifs défendent toujours leurs intérêts et non ceux du pays dans lequel ils vivent” et “Les Juifs exagèrent toujours lorsqu’ils disent à quel point ils ont souffert “. Près de sept sur dix français étaient en désaccord avec ces affirmations, tandis qu’un sur cinq était de cet avis.

Afin d’évaluer le degré du sentiment anti-juif d’une manière différente, l’enquête a également demandé aux Européens occidentaux s’ils étaient disposés à accepter les Juifs comme voisins ou dans la famille. Neuf adultes français sur dix ont déclaré vouloir accepter les Juifs comme voisins, tandis que 76% ont déclaré qu’ils recevraient des Juifs dans leurs familles (en Allemagne et au Royaume-Uni, où une augmentation d’actes antisémites de près de 10% et 16% respectivement ont été signalé, le nombre d’adultes qui ont déclaré qu’ils acceptent les Juifs comme voisins et dans leur famille, est égal à celui de la France).

D’autre part, les adultes français qui s’identifient comme chrétiens accepteront davantage les stéréotypes anti-juifs que les athées, les agnostiques ou les non-croyants et n’accepteront pas les Juifs comme voisins ou membres de la famille. Par exemple, 88% des chrétiens français déclarent accepter les Juifs comme voisins contre 94% des Français, n’appartenant à aucune religion. Les personnes qui s’identifient à l’idéologie politique de droite sont beaucoup plus susceptibles d’être en accord avec les déclarations négatives à propos des Juifs. L’enquête n’a pas touché suffisamment de musulmans – qui constituent le troisième groupe religieux en France après les chrétiens – afin de pouvoir obtenir une image représentative de leurs positions.

Il est peut-être étrange que les résultats de l’enquête montrent une acceptation généralisée des Juifs parmi les Français, moins d’un an avant une hausse significative des incidents antisémites. Mais les enquêtes et les statistiques sur les incidents antisémites mesurent deux choses différentes. Le premier reflète une image à un moment donné des positions dans un échantillon représentatif, tandis que le second rend compte des événements au fil du temps.

Le nombre de Juifs en France – comme dans le reste de l’Europe – a diminué depuis la Seconde Guerre mondiale. La France est le pays d’où émigrent la plupart des Juifs vers Israël ces dernières années: 7238 juifs français ont émigré en Israël selon les chiffres de l’Agence juive en 2014 et 7328 en 2015. Alors que les estimations de la population juive en France varient, le nombre de Juifs s’élève aujourd’hui à environ 500 000 personnes, soit moins de 1% de la population.

Le faible nombre de Juifs en France peut expliquer leur profil relativement bas dans tout le pays. Un peu plus de la moitié des adultes français (55%) déclarent connaître un Juif. Ce nombre est inférieur à 81% des répondants français qui disent connaître des athées et à 79% qui disent connaître un musulman. Seuls 33% des Français interrogés déclarent en savoir “beaucoup” ou “un peu” sur la religion juive, moins de 42% déclarant en savoir “beaucoup” ou “un peu” sur l’islam et 77% sur le christianisme.

Connaître un Juif, ou connaitre “beaucoup” ou “un peu” sur le judaïsme, est lié à la volonté d’accepter les Juifs comme membres de la familles. Par exemple, 83% des adultes français qui affirment connaître un Juif déclarent également accepter un Juif dans leur famille, tandis que seulement 67% des adultes français ne connaissant aucun Juif déclarent qu’ils accepteront un Juif dans leur famille.

Jeff Diamant est journaliste/éditeur principal au Pew Research Center.