LOADING

Type to search

Des articles France

L’antisémitisme parmi les manifestants des « Gilets jaunes » démoralise les Juifs de France

Share
Source: infos-israel

Les incidents antisémites au cours des manifestations de «gilets jaunes» inclus des pancartes et des slogans décrivant le président français Emmanuel Macron comme une « prostituée des Juifs » et leur « marionnette ».

De nombreux cas de manifestants ont exécuté le salut inverse des Nazi, qui n’est autre que la quenelle créé par le comique français Dieudonne M’bala M’bala. Dieudonné, un négationniste de l’Holocauste reconnu coupable de discours de haine contre des juifs et d’autres, livre maintenant ses sermons de haine hebdomadaires en ligne sur des plateformes vidéo tout en portant un gilet jaune.

«Selon tous les indicateurs à notre disposition, la prévalence de l’antisémi-tisme dans la société française ne s’est aggravée que depuis 2015», a déclaré Roger Cukierman, un ancien président du groupe de coordination des communautés juives françaises du CRIF.

Si cela est vrai, les «gilets jaunes» ne devraient pas être désignés comme responsables de cette situation ni comme une conséquence de celle-ci, selon Delphine Horvilleur, rabbin réformiste de Paris.

« Il y a eu des expressions antisémites », a-t-elle déclaré cette semaine à la radio France Inter, « mais cela ne signifie pas que le mouvement ait un problème d’antisémitisme. »

La violence contre la police, quant à elle, semble être devenue la marque distinctive des manifestations des « gilets jaunes» – même si seule une minorité de participants y participe. Des centaines de policiers ont été blessés lors d’affrontements avec des «gilets jaunes». Près de 50 d’entre eux ont été blessés le 1er décembre seulement.

Les attaques contre la police sont particulièrement inquiétantes pour de nombreux Juifs français qui, depuis 15 ans, dépendent des forces de sécurité pour la protection de leurs écoles, de leurs quartiers et de leurs synagogues.

Mais l’émergence de l’antisémitisme en tant que caractéristique des manifestations est plus terrifiante, a déclaré à JTA, Lolita Semama, qui vit en face du marché Hyper Cacher, lors de la quatrième commémoration annuelle du massacre. Environ 300 personnes ont assisté à la cérémonie de mercredi, pour la plupart juives. Des bougies ont été allumées pour les victimes de l’attaque d’un magasin casher, ainsi que pour d’autres victimes, notamment l’assassinat de 11 juifs dans une synagogue à Pittsburgh, le 27 octobre.

« Nous sommes habitués à l’antisémitisme qui se manifeste dans les discussions et les manifestations contre Israël », a déclaré Semama. «Mais cette affaire de « vestes jaunes » ne devrait avoir rien à voir avec les Juifs. Cela montre que l’antisémitisme est juste au-dessous de la surface, prêt à se répandre à tout dérangement, à blâmer les Juifs. «

Les Juifs français ont massivement voté pour Macron lors du dernier tour. Ils lui attribuent le maintien et, parfois, le renforcement de la sécurité autour d’objectifs juifs potentiels, une politique initiée par son prédécesseur socialiste, François Hollande. Macron est également le premier président français à déclarer l’antisionisme une forme d’antisémitisme, provoquant des protestations de l’extrême droite et de l’extrême gauche.

Il existe de nombreuses preuves de la présence d’agitateurs d’extrême droite dans le mouvement des «gilets jaunes», y compris le militant néo-nazi Hervé Ryssen, qui a été aperçu lors d’un tel rassemblement dès le 17 novembre. Remarquablement, ils protestent côte à côte avec partisans d’extrême gauche dans un mouvement capable de concilier les deux car il ne dispose d’aucune stratégie ou plate-forme politique cohérente.