LOADING

Type to search

Canada Lutte contre lantisémitisme

Il menace de mort la famille de Céline Dion et les Juifs

Share
Source: Journal de Montreal

Un Montréalais de 55 ans est accusé de menace de mort sur Facebook à l’endroit de la famille de la célèbre chanteuse Céline Dion et d’incitation à la haine contre les Juifs.

Robert Gosselin, résident de l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, aurait formulé ces menaces le 24 octobre, selon son acte d’accusation. Il a comparu vendredi au palais de justice de Montréal.

Selon nos informations, ce sont des internautes qui ont signalé au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) les publications violentes publiées sur le réseau social par Gosselin. L’un de ces messages visait les fils jumeaux de la chanteuse de renommée internationale.

Le Journal de retrouver sur Facebook des commentaires violents envers la communauté juive publiés le 24 octobre par Robert Gosselin.

Sur son profil apparaissent des photos de drapeaux d’Israël qui brûlent.

On trouve également des publications où il écrit notamment vouloir s’en prendre « avec la violence la plus extrême » aux journalistes. D’autres publications viennent insulter diverses minorités.

Le SPVM confirme avoir procédé à l’arrestation de l’homme de 55 ans jeudi après-midi. C’est la section des crimes haineux du corps de police qui a mené l’enquête.

« Le 25 octobre, le SPVM a été informé que des menaces et propos haineux avaient été proférés. […] C’est un homme qui est connu des policiers, a indiqué Caroline Chèvrefils, porte-parole du SPVM. Les incidents à caractère haineux sont tous pris au sérieux et font l’objet d’une enquête. »

Il fait face à trois chefs d’accusation, soit d’avoir « fomenté volontairement la haine contre un groupe identifiable » et d’avoir « proféré une menace de causer la mort ou des lésions corporelles à la famille de Céline Dion […] et à des Juifs ».

Le fait de proférer des menaces est passible d’un emprisonnement maximal de dix-huit mois, selon le Code criminel canadien.

L’homme de 55 ans, qui n’a toutefois pas d’antécédents judiciaires, a pu recouvrer sa liberté, moyennant un engagement de 500 $.

Robert Gosselin doit revenir devant le tribunal le 6 novembre pour la suite des procédures.