LOADING

Type to search

La propagande

Une affiche antisémite a été déposée et dépliée dans une fontaine près d’une synagogue

Share
Source:

Freibourg – près d’une fontaine sur la place de la synagogue antique de Freibourg, on a trouvé le 11 juillet une affiche, prêchant pour les mythes antisémites de la conspiration et inversant les rôles entre des criminels ayant causé du tort et des victimes.

Sur le papier écrit à la main, on pouvait lire que la fontaine est “aussi la pierre tombale des nombreux palestiniens assassinés et des nombreuses personnes qui meurent de faim dans le tiers-monde à cause des transactions bancaires des juifs”. D’après ce qu’il y est déclaré, il ne faut pas “laisser au lobby des victimes concernées (beaucoup d’argent et de pouvoir!!) nous convaincre par l’argument du besoin d’expiation [en ces mots!]”. D’après la déclaration, la place appartient aux habitants de Freibourg et non pas au “lobby juif” [en ces mots!] et que si les victimes juives avaient réellement regardé “bien entendu avec amour les enfants et les chiens qui s’éclaboussent en bas” et “cela n’aurait en aucun cas atteint leur dignité”!!!

INFO

Le jeudi suivant, le 12 juillet, une nouvelle affiche a été découverte dans la fontaine proche de la synagogue, avec un contenu de déni du souvenir. Sur le papier (imprimé cette fois), il est de nouveau déclaré que la fontaine de la synagogue est aussi “un mémorial pour les nombreux palestiniens qui ont été assassinés par Israël. Et aussi que “les éclaboussements joyeux de personnes innocentes et pleines de vies […], une vie qu’Anne Frank aurait bien entendu été heureuse d’avoir” –  la relation avec les victimes de la Shoah est claire –c’est justement sur les “juifs qui vivent aujourd’hui” et qui répugnent à le faire, que le doute est émis: sainteté, humilité hostile à la vie […] et l’ambition du pouvoir”.

La demande sous-entendue dans le texte de “tirer un trait et terminer cette affaire”  est aussi reliée à une interprétation d’autres arguments antisémites, et l’inversion des rôles entre les criminels ayant causé du tort et les victimes :”si l’on nous oblige, nous les allemands vivants aujourd’hui, continuellement, à exprimer des remords et des sentiments de culpabilité, alors vers qui se tourneront les visages défigurés par le chagrin et l’auto-flagellation pour les victimes des horreurs de la guerre de trente ans ou pour les 2 millions de bébés qui ont été assassinés par le roi Hérode?”