LOADING

Type to search

Attaque

Un professeur israélien attaqué par un Palestinien

Share
Source: general-anzeiger-bonn

Bonn – Yitzhak Yohanan Melamed, un professeur de philosophie israélien qui vit aux Etats-Unis s’est fait agresser mercredi en Allemagne par un homme d’origine palestinienne, qui a fait tomber sa kippa de sa tête et qui lui a crié qu’il ne devrait pas y avoir de Juifs en Allemagne.

L’Israélien s’est défendu mais il a été alors frappé au visage par la police, qui a cru qu’il était à l’origine de cette altercation. La cheffe locale des forces de l’ordre a ensuite présenté ses excuses.

Le professeur, un cinquantenaire travaillant à l’université de Baltimore, n’a pas été identifié. Il se trouvait à Bonn où il avait été invité à donner une conférence. Avec un camarade, il était parti se promener dans un parc de Bonn lorsqu’il s’est trouvé face à un Allemand de 20 ans décrit dans les médias locaux comme ayant « des racines palestiniennes ».

Même s’il a été initialement arrêté après l’incident, son agresseur a depuis été remis en liberté et il devrait être jugé pour répondre d’incitations et d’agression.

Selon des informations parues dans les médias allemands, l’agresseur a fait tomber la kippa de l’homme à plusieurs reprises, il l’a frappé à l’épaule et il l’a bousculé.

Il a également crié : « Pas de Juifs en Allemagne » à l’Israélien qui se défendait.

Le compagnon de l’Israélien a appelé la police mais lorsque les agents sont arrivés, l’agresseur a fui, l’Israélien à sa poursuite.

La police a tout d’abord cru que l’Israélien était l’agresseur et lorsque ce dernier ne s’est pas exécuté lorsqu’il lui a été demandé de s’arrêter, les agents ont tenté de l’immobiliser, ce qui a mené à une bousculade durant laquelle il a été frappé au visage et maintenu au sol. Le Palestinien n’a été arrêté qu’après que le compagnon du professeur est intervenu. L’agresseur, semble-t-il, était sous l’influence de stupéfiants.

Connu des services de police pour des délits liés à des violences et aux drogues, il a été envoyé dans une clinique psychiatrique puis libéré, l’institution ne trouvant aucune raison de le garder, ont fait savoir des informations.

La cheffe de la police de Bonn, Ursula Brohl-Sowa, a présenté personnellement ses excuses au professeur.

« C’est un malentendu terrible et regrettable pour lequel j’ai présenté personnellement des excuses au professeur concerné », a-t-elle déclaré dans un communiqué transmis par les médias. « Nous allons examiner exactement comment cette situation a pu arriver et faire tout notre possible pour éviter de tels malentendus à l’avenir ».

Le maire de Bonn, Ashok Sridharan, a également commenté l’incident jeudi après-midi, disant : « Je condamne fortement l’attaque et je présente mes excuses au scientifique pour ce qui lui est arrivé ici, à Bonn ». Selon un article paru sur le site General-Anzeiger à Bonn, la ville va organiser une « journée de la kippa, » un événement où les participants porteront une kippa en signe d’unité contre les préjugés, et en particulier contre l’antisémitisme.

Le site internet Rheinische Post a fait savoir que le commissaire à la lutte contre l’antisémitisme du gouvernement fédéral, Felix Klein, a expliqué qu’il était « profondément dégoûté » par l’attaque.

« Je veux qu’une enquête soit rapidement ouverte à l’encontre du coupable palestinien présumé », a dit Klein. « Nous devons montrer que toutes les formes d’antisémitisme en Allemagne sont immédiatement sanctionnées ».