LOADING

Type to search

Espagne Rapports Annuels

Rapport Raxen – spécial 2017

Share
Source: Europa press

L’Espagne a enregistré 600 incidents et crimes haineux, d’après les données du rapport Raxen 2017. Toutefois, “le mouvement contre le manque de tolérance” (Movimiento contra la Intolerancia), une organisation déléguée à la gestion des recensements, précise que d’après l’agence pour les droits fondamentaux de la communauté européenne, seulement 10% du total des attaques sont enregistrées. Par conséquent, cette organisation estime que le total des crimes haineux “peut atteindre entre 4,000 et 6,000 cas et appelle donc à tirer la sonnette d’alarme.    

Parmi les communautés autonomes dans lesquelles le plus grand nombre d’incidents et de crimes haineux et de manque de tolérance ont été enregistrés, on trouve la communauté de Valencia, avec un total de 87 cas, puis la Catalogne avec 83 cas et Madrid avec 82 incidents.

L’Andalousie a recensé 59 cas, et Castilla-leon et les Baléares respectivement 48 et 41 cas. Derrière on trouve le pays Basque et Murcie, avec respectivement 40 et 34 cas. Aux dernières places on trouve les Royaumes de Navarre et d’Aragon avec 26 cas chacun. Le reste des communautés se partagent les 75 cas restants.

D’après les types d’incidents, les plus importants en 2017 ont été des attaques racistes ou de xénophobie et de la violence au football. Bien entendu, il y a eu des phénomènes d’homophobie / de peur de la pauvreté, de violence néo-nazie et de haine cybernétique / harcèlement à l’école.

Selon le “mouvement contre le manque de tolérance”, il aurait fallu promulguer une loi globale contre les crimes de haine et une loi générale contre toute discrimination et acte de manque de tolérance. De telles lois peuvent servir à encourager les dépôts de plainte et être bénéfiques pour le soutien aux victimes.

Une autre mesure nécessaire pourrait être la fermeture des sites qui encouragent et incident à la haine, à la discrimination et à la violence. L’organisation demande aussi à interdire les concerts de foule ainsi que les manifestations et toute forme d’activités qui encouragent ces attitudes. De plus, de déclarer illégaux les organisations, les institutions ou les partis politiques qui encourageront de telles initiatives.