19-04-2017

Dans sept pays européens sur dix, les juifs et les musulmans ont été victimes d'actes hostiles en 2015

Source: Pew Research Center


En Europe, en 2015, a été perçue une augmentation du nombre d'actes d'hostilité à contexte religieux,  en particulier contre les musulmans sur le continent; ainsi révèle une étude du  Pew Research Center au sujet des restrictions pour des motifs religieux dans le monde. Les musulmans ont été victimes d'actes hostiles dans sept pays sur dix (71%) en Europe, une  hausse importante en comparaison aux 58% signalés l'année précédente.

 

En parallèle de l'Afrique subsaharienne, l'Europe a connu la plus forte hausse en comparaison avec l'année précédente du nombre d'actes hostiles contre des musulmans, alors que les deux régions ont enregistré des hausses de 13 pour cent. Mais la proportion des pays d'Afrique sub-saharienne dans le domaine d'actes hostiles contre les musulmans est la deuxième plus faible (38%) des cinq régions qui ont été évaluées, alors que l'Europe a eu la plus forte proportion par rapport à toute autre région.

 

En même temps, les actes d'hostilité contre les juifs sont restés à des niveaux élevés en Europe: en 2015, dans 33 des 45 pays du continent (73%), ont été enregistrés des incidents d'hostilité envers des juifs, une légère augmentation par rapport à 32 pays (71%) au cours de l'année précédente.

 

Les actes d'hostilité sont définis comme étant des actions délibérées réalisées contre des membres de groupes religieux par des individus et des groupes sociaux. Ces actes peuvent inclure une rhétorique hostile, des actes de vandalisme et des attaques physiques. Celles-ci diffèrent des restrictions du gouvernement liées à la religion, dont le nombre a  également augmenté en Europe en 2015.

 

Certains actes d'hostilité contre les musulmans sont intervenus suite à une fusillade qui s'est déroulée le  7 janvier 2015, les tirs dans les bureaux du magazine satirique français Charlie Hebdo et les attaques terroristes du 13 novembre dans la salle de concert Bataclan et d'autres endroits à Paris.  Par exemple, des lieux de culte musulmans dans les villes du Mans et de Narbonne ont été attaqués avec des grenades et des fusillades le lendemain des tirs dans les bureaux d'édition de Charlie Hebdo.

 

Le Ministère de l'Intérieur français a signalé que les incidents contre les musulmans ont plus que triplé en 1995, dont des  discours de haine, des actes de vandalisme et de violence contre des personnes.

En Slovaquie, des groupes politiques d'extrême-droite  ont  organisé des manifestations contre l'«islamisation de l'Europe et de la Slovaquie», et ont attiré de 3 000 à 5 000 personnes dans la capitale Bratislava au mois de juin.  Des sentiments similaires ont fait également écho en Pologne au mois de novembre, lorsque des participants d'un défilé du Jour de l'Independence ont brandi des bannières sur lesquelles il était écrit: «La Pologne aux  Polonais» et «Arrêter l'Islamisation».

 

De virulents  actes hostiles ont également été perpétrés contre des juifs. En Russie, au mois d'avril, des inconnus ont tiré sur une synagogue qui était en cours de construction, ont brisé des fenêtres et écrit des graffitis antisémites. En Italie, 25 membres du  mouvement néo-nazi Stormfront ont été assignés à comparaitre à un procès en juillet suite à des propos à priori antisémites.  Dans un autre incident qui s'est déroulé en Italie en octobre, des  graffitis antisémites ont été tagués sur un mur à Teramo lors de la visite de l'ambassadeur d'Israël qui participait à l'inauguration d'un nouveau cours sur l'Holocauste.


Entretemps, en Grande-Bretagne, la Fondation pour la Confiance dans la Communauté (Community Security Trust)  a signalé 86 attaques antisémites violentes. En février 2015, un jeune juif qui portait une kippa a été attaqué par deux hommes en Belgique. Un mois plus tard, des assaillants ont brutalement frappé en Ukraine un chirurgien juif, à priori en criant des propos de  rhétorique antisémite.