États-Unis d'Amérique / 13-04-2017

Campagne antisémite contre Jared Kushner: «Il faut le licencier»

Source: ADL


Une campagne antisémite en ligne menée ces derniers jours contre  Jared Kushner, le gendre et conseiller juif du président américain Donald Trump, a pris la dimension d'une attaque virtuelle organisée et a été citée plus de 300 mille fois – ainsi prétend cette semaine "La Ligue Contre la Diffamation".

 

Selon l'organisation, qui a pour mission de mettre [le public] en garde contre l'antisémitisme et d'autres formes de haine, la campagne a été lancée par des activistes appartenant à la Droite Alternative ("Alt-Right"), après la démission de Steven Bannon du  Conseil de la  Sécurité Nationale et  l'attaque américaine en Syrie. Ils ont publié des commentaires sur  Twitter, tout en utilisant des Hashtags tels que "Licencier Kushner" et "La guerre de Kushner".

 

En quelques jours, la campagne a gagné du terrain, et a commencé une attaque antisémite massive accusant le gouvernement de Trump d'essayer de déclencher une guerre en Syrie dans le but de promouvoir les intérêts d'Israël. La campagne a également compris des allégations selon lesquelles Trump avait abandonné le slogan «L'Amérique d'abord», et qu'il met en œuvre une politique de «Israël d'abord» parce qu'il est soumis à des manipulations par Kushner et d'autres conseillers juifs.

 

 

 

 

« Ce qui a commencé par un certain nombre de tweets antisémites appelant au  renvoi de Kushner en raison des positions de la "supériorité juive" s'est rapidement  développé en une attaque massive de discours de haine antisémite », a déclaré le président de la Ligue Contre la Diffamation, Jonathan Greenblatt  «Cela montre comment un discours de haine peut se multiplier rapidement sur les réseaux sociaux, et cela nous rappelle a quel point il faut œuvrer afin de lutter contre la haine».

 

La première indication de ce qui allait se passer s'est déroulée le 6 avril, le jour où les États-Unis ont attaqué une base de Bachar al-Assad en Syrie en réaction à une attaque chimique qui a fait 87 morts dans la province d'Idlib. En un jour, cette activité a augmenté de façon spectaculaire, avec 130 rappels dans des Hashtags contre Kushner, alors que de nombreux d'entre eux contenaient des déclarations antisémites.

 

Ensuite,  des sites néo-nazis et des activistes antisémites tristement notoires, tels que David Duke, se sont joints à la campagne et ont ajouté des théories de conspiration, donnant lieu a plus de  300 mille citations jusqu'au 10 avril (lundi), le jour où la Ligue Contre la -Diffamation a publié ses données.