26-03-2017

Un message antisémite est posté toutes les 83 secondes, révèle une étude du Congrès juif mondial

Source: dreuz


Le Congrès mondial juif (WJC) a compté que plus de 382 000 posts antisémites ont été publiés sur les médias sociaux en 2016 – une moyenne de plus de 43,6 par heure, un toutes les 83 secondes.

 

L’étude publiée par le WJC, et conduite par la société de surveillance médias Vigo Social Intelligence, a également constaté qu’un énorme 63% de tous les messages antisémites publiés sur internet se trouvent sur Twitter.

 

“Nous savions que sur internet, l’antisémitisme progressait, mais les chiffres publiés dans ce rapport nous ont donné les éléments concrets pour comprendre à quel point la situation est alarmante,” a déclaré Robert R. Singer, le Directeur du Congrès juif mondial.

 

“Nous espérons que cela aidera les forums internet à prendre conscience qu’ils doivent maintenir un certain niveau de standard de moralité, qu’ils doivent se débarrasser des contenus offensifs, et faire du monde digital un lieu plus sûr pour tous.”


L’étude du WJC a analysé des dizaines de millions de posts dans 20 langues sur Facebook, Twitter, YouTube, Instagram, les blogs et d’autres forums.

 

Après Twitter, le plus grand nombre de posts antisémites se trouve sur les blogs, pour un total de 16%. 11% sont postés sur Facebook, suivi d’Instagram à 6%, YouTube, 2%, et 2% sur d’autres forums.

 

Le critère retenu pour décider si un post était antisémite ou pas est la définition de l’Alliance internationale du souvenir de l’holocauste (IHRA) de mai 2016 :

 

“L’antisémitisme est une certaine perception des juifs, qui peut s’exprimer sous la forme de haine des juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme peuvent être dirigées contre des juifs et des non-juifs, leurs biens, des institutions juives et des synagogues.” La définition complète de l’IHRA se trouve ici.

 

Le WJC a fait là un travail important, essentiel et utile. De culture américaine, je ne partage pas les conclusions de son directeur Robert Singer, qui demande qu’internet soit expurgé des messages antisémites : ils sont protégés par le 1er amendement. Premier point.

 

Ensuite, « les posts critiquant Israël ou les activités israéliennes n’ont pas été comptés dans cette étude », précise le communiqué de presse, et c’est là que pour moi le bât blesse et que j’ai une vision assez différente des conclusions des travaux du WJC, dont je le répète, je reconnais et salue l’importance.

 

Nous avons mis des années à démontrer que l’antisionisme n’est rien d’autre qu’un nouvel habillage de l’antisémitisme, et je regrette de le dire, mais l’étude du WJC s’est loupée sur ce point et elle doit améliorer ses travaux. J’avais d’ailleurs dénoncé une lacune importante lors de la présentation à la presse de l’étude sur l’antisémitisme européen du Congrès juif européen, qui s’était loupé en ne rapportant pas l’antisémitisme musulman, et s’était concentré sur la remontée du néonazisme.

 

A la définition vague et trop politiquement correcte de l’IHRA, je préfère celles plus réalistes de Natan Sharansky, ancien prisonnier sioniste dans les geôles soviétiques et ancien ministre israélien pour les Affaires de la diaspora, et du Français Jean-Christophe Rufin, auteur d’un rapport pour le Premier ministre français sur le racisme et l’antisémitisme.

 

  • Natan Sharansky a expliqué que pour savoir si un propos est antisémite, il faut lui faire passer le test 3D : diabolisation, double standard, délégitimation. Ce test, explique Sharansky, permet de détecter le « nouvel antisémitisme », c’est-à-dire l’antisionisme.

 

  • Jean-Christophe Rufin, dans son rapport publié en 2004, expliquait que « l’antisionisme radical – qui n’a rien à voir avec la critique de la politique d’Israël – incarne aujourd’hui l’antisémitisme le plus dangereux »

 

Ces deux auteurs ont d’ailleurs rencontré en écho les propos du Premier ministre français Manuel Valls qui déclarait en mai 2016 que « l’antisionisme est synonyme d’antisémitisme ».


Ne reculons pas de cette position qui a rencontré tant de résistance chez les islamo-gauchistes, principaux fournisseurs de la haine.

 

Essentiel travail du Congrès juif mondial donc, validé par le prestige de sa signature, mais … peut (et doit) mieux faire lors de sa prochaine étude.