États-Unis d'Amérique / 19-02-2017

Rapport: Le nombre de groupes de haine a atteint de nouveaux records, les experts accusent Trump

Source: splcenter


Selon le centre d'aide juridique pour les pauvres du Sud (Southern Poverty Law Center - SPLC), on peut voir que selon le recensement annuel des groupes de haine et d'autres organisations extrémistes, publié aujourd'hui, le nombre de groupes de haine aux États-Unis a augmenté en 2016 pour la deuxième année consécutive alors que l'extrême droite a été exaltée par la candidature de Donald Trump

 

L'augmentation la plus spectaculaire est celle de groupes de haine antimusulmans - de 34 en 2015 à 101 l'an dernier (multiplié par trois).

 

L'augmentation a été accompagnée par une éruption de crimes contre des musulmans, dont un incendie criminel qui a détruit une mosquée à Victoria, au Texas, quelques heures après que l'administration de Trump ait publié une ordonnance interdisant l'entrée aux États-Unis de citoyens de plusieurs pays, en particulier musulmans. Les dernières statistiques publiées par le FBI montrent que les crimes de haine contre les musulmans ont augmenté de 67 pour cent en 2015, l'année où Trump a lancé sa campagne électorale.

 

Le rapport publié dans le numéro du printemps 2017 du Rapport du Renseignement du SPLC, comprend une carte de la haine et montre les noms, les types et l'emplacement des groupes de haine à travers le pays.

 

Le SPLC a constaté que le nombre de groupes de haine actifs a augmenté pour atteindre  917 en 2016 par rapport à 892 en 2015. Le nombre de 101 est relativement bas par rapport au  record de tous les temps établi en 2011, mais reste élevé par rapport aux normes historiques.

 

L'augmentation de la haine antimusulmane est alimentée par la rhétorique d'incitation de Trump, y compris  de son engagement au cours de sa campagne électorale de ne pas permettre aux musulmans d'entrer aux États-Unis ainsi que par la  colère suscitée par les attaques terroristes, dont le massacre perpétré en juin, faisant  49 morts dans une boîte de nuit pour gays  à Orlando.

 

Le nombre total de groupes de haine ne reflète probablement pas le nombre réel de groupes de haine organisés aux États-Unis car une proportion croissante d'extrémistes opère principalement en ligne et ne fait pas officiellement partie des groupes de haine.